Quentin Bertoux, photographie & image

 

Depuis plus de vingt ans Quentin Bertoux photographie la danse, l’architecture, la cuisine, la mode, les êtres, les objets... Dans la lumière douce de ses compositions espiègles, la vie, immobile et silencieuse, ne s’est figée que pour mieux se métamorphoser en récit, toute une histoire pour l’œil qui sait écouter. Pour Quentin Bertoux, « la photographie ne parle pas plus du réel que la littérature, elle fait juste plus facilement illusion. »...
Stéphane Wargnier

Tentative illuminatoire

Enluminer est un emprunt avec changement de préfixe, au latin illuminare « rendre lumineux, éclairer », « embellir, orner », préfixé de lumen, -inis « lumière » qui se rattache à une racine indo-européenne °leuk- « être lumineux, éclairer ».
Enluminer a pris le sens d’« orner », « rendre la vue (à qqn) » et de « rendre lumineux »… Le verbe a aussi signifié « mettre en relief la vertu (de qqn) »… Enfin, s’enluminer se disait pour « s’enivrer »…
Le dérivé enlumineur, euse a désigné une personne qui éclaire (début XIIIe)…
Eclairer a le sens concret de « répandre de la lumière » sur quelqu’un ou quelque chose. Il s’emploie très tôt au figuré (v. 1230) au sens de « rendre clair, compréhensible », « expliquer », d’où « mettre quelqu’un en état de comprendre ».
Eclaireur s’est d’abord dit de ce qui éclaire l’intelligence d’un lecteur.

Ce n’est pas la similitude entre la photographie et la peinture qui me surprend mais sa proximité avec l’écriture. C’est le récit contenu dans une image qui m’attire, à l’instar de celui contenu dans un texte. En suivant ce fil d’Ariane pour ébaucher une approche raisonnée de mon travail, j’ai emprunté mot pour mot dans le Dictionnaire Historique de la Langue Française ces quelques définitions.

Eclaireur, enlumineur, représentent sans doute deux spécialisations peu nommées mais essentielles de la photographie. La racine indo-européenne d’enluminer me paraît très « éclairante » : quel autre rêve adopter que celui d’« être lumineux » ?
La photographie (éclairée) pourrait-t-elle se donner ce but merveilleux de rendre la vue à quelqu’un, de le mettre en état de comprendre ? Et qui donc sera ce quelqu’un sinon en tout premier lieu le photographe lui-même ?
Le rapprochement entre les deux sens dérivés mettre en relief la vertu et s’enivrer ouvre un questionnement intéressant sur la possibilité synonymique de ces deux termes. Mais peut-être est-ce moi qui à présent dérive.
La lumière qui se « répand » insiste sur le caractère matériel du rayon lumineux, son aspect palpable, tangible et presque préhensible. Prenons un peu de lumière et versons-la sur la table, que nous puissions la voir, la comprendre et l’admirer.
Eclairer, enluminer ; en cherchant à découvrir des pistes susceptibles de m’aider à expliquer, si ce n’est mes propres images du moins ce qui me fascine dans la photographie, je trouve des éléments qui me renseignent plus sur l’action de « prendre » des photos que sur le résultat de cette action. Réutilisant les définitions du début, j’aimerais pouvoir affirmer que le photographe n’est autre que celui qui éclaire l’intelligence d’un lecteur. Fasse le ciel que mes photographies soient des éclaireuses, en espérant que l’auteur soit pour lui-même son premier lecteur.
Enfin, une dernière question me vient à l’esprit, comme si un éclaircissement se révélait souhaitable à propos de la lumière : quels liens tisser entre embellir et comprendre ?
Quentin Bertoux 22 juillet 2002


A propos de …

La Petite fille Qui

Présentées en une trentaine de photographies noir et blanc, ce conte moderne a été imaginé et mis enscène par Quentin Bertoux, avec la complicité de ses filles jumelles, Jeanne et Louise.
A lui seul, ce livre est une aventure. « Le projet est né du désir de créer un album de famille, de garder une trace du temps qui passe » raconte Quentin bertoux. « J’avais aussi envie de partager avec mes filles un peu de mon métier. » Les séances de pose se sont échelonnées de la sixième année des enfants à leur quatorzième anniversaire. Elles sont vite devenues un rendez-vous, attendu avec impatience, réunissant la famille autour de ce projet commun. Chacun apportait ses idées de mise en scène et participait à la réalisation : choix des costumes, fabrication des accessoires, croquis, réglage de la lumière, répétitions…

Ainsi sont nées ces images

Quentin Bertoux aime prendre une chose, puis une autre pour en faire naître une troisième. Une petite fille, un accessoire – citrouille, ampoule ou plume- et voilà une histoire. Comme dans ses expositions, il a souhaité prolonger le jeu en présentant dans ce livre les « ingrédients » qui entrent dans la recette des photographies. Une façon comme une autre de faire rebondir l’histoire en créant de nouvelles correspondances.
Au-delà de leur tranquille évidence et de leur légèreté, ces images nous parlent du temps. Du temps partagé ; du temps caché entre chaque image. Dans la lignée des contes d’enfants, elles nous racontent des histoires tendres un peu acides,qui ouvrent la porte du rêve.
Il était une fois un photographe et ses filles…
Laquelle est Jeanne ?
Laquelle est Louise ?
La Petite fille Qui

Ne bougeons plus !

Pour Quentin Bertoux
Par Michel Butor
Alice, en traversant le miroir de la Manche, se dédouble et passe des bizarreries de la langue anglaise aux curiosités de la française. Que de recoins à découvrir, de labyrinthes à explorer dans une lumière naturellement différente mais aussi tout autrement travaillée ! Que d’arômes à identifier, de saveurs à poursuivre, d’échos à faire lever.
Le photographe saisit le passage entre le verbe et sa terminaison temporelle, le moment où l’imparfait devient soudain plus-que-parfait, cueille avec son obturateur la rose de l’épithète sur la tige du substantif, réveille avec son déclic la dée qui sommeillait dans le vestibule joignant la préposition à l’article dans la galerie des glaces grammaticales, la montreuse à la foire du dictionnaire en fâte, l’ordonnatrice de la cérémonie des proverbes.
Attention ! La moindre allusion déplacée, la moindre erreur de protocole et la vérité risque de replonger dans son puits. Sourires et soupirs se retournent dans leurs lits d’illusions. Le croquemitaine du passé antérieur apporte un échantillonage d’amuse-gueules et de douceurs ; la fée Carabosse d’un claquement de doigts fait démarrer le défilé des nouvelles modes scilaires, avec manuels, réformes et vacances. Il ne reste plus qu’à franchir d’autres frontières pour aller y ramasser d’autres lauriers, d’autres parures et d’autres gestes. Changez la pause !


Photographe illustrateur pour de nombreux journaux
et magazines ainsi que pour la publicité, l’architecture,
les arts plastiques, le théâtre et la danse.

Journaux, magazines, revues

Le Monde, Libération.
Jardin des Modes, Biba, 20 Ans, Marie-France, Elle, Femmes.
Le Monde d’Hermès, Vogue déco, Elle Déco, Décoration Internationale, Maison Française, Air France Hommes, Le Figaro Magazine, l’Express.
Cuisine & Vins de France, Gault & Millau, Avantages.
Zoom, Photographie magazine, Blah-Blah News, L’Autre Journal.
Beaux-Arts, Art press, Cahiers du CCI.
Métiers d’Art.

Théâtre et Danse

Affiches et illustrations diverses pour de nombreux théâtres et particulièrement pour le Festival Octobre en Normandie, le Théâtre Gérard Philippe et le Théâtre des Treize Vents, Le Dôme/Albertville, La Maison du Conte.
Affiches et illustrations pour de nombreuses compagnies de danse contemporaine et notamment pour ALIS, Stéphanie Aubin, Dominique Boivin, Philippe Découflé, Lila Greene, Grand Magasin, Pascale Houbin, Ile de France Opéra et Ballet, Daniel Larrieu, Mathilde Monnier, Mark Tompkins, etc…

Collaborations épisodiques, exceptionnelles ou récurentes, avec différents ateliers d’architecture, dont Jean Nouvel, Patrice Mottini, Canal, Paris-Projet, pour quelques agences de publicité dont Mac Cann Erickson, Margaux-Orange, Euro-RSCG, Créative Business, Idéodis, Creative Factory, pour la mode avec essentiellement Hermès, Rodier, Cacharel, pour l’art contemporain avec notamment le «Magasin» à Grenoble, le centre Beaubourg, le Musée d’art moderne de Paris, Monum’, le Comité Colbert.

Haut de page